Val-de-Travers: Pays de naissance de l'Absinthe

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Imprimer

/header_68.jpg

De nombreuses légendes sont associées à l’absinthe. Plusieurs personnages ont été cités comme étant les inventeurs de cette boisson mythique, le Docteur Ordinaire, les sœurs Henriods, le Major Dubied, la Mère Henriod, Abram-Louis Pernod pour ne citer que les principaux.  En 2009, Jacques Kaeslin edite un livre sur les pionniers de l’absinthe et les distilleries de Couvet.   Son fastidieux travail se base sur les archives d’Etat, d’Eglise et des Communes.  Ce livre reprend l’histoire de chaque personnage et recherche leurs véritables liens avec l’absinthe.
Il apparaît qu’un extrait d’absinthe était déjà vendu dans le commerce en 1769 et que le Major Dubied en achetait déjà, c’était probablement une macération.  L’unique certitude que l’on peut maintenant tirer des archives c’est que le Major Dubied créa sa propre marque sous la raison sociale « Dubied  Père et Fils » en 1797et qu’il payait des royalties à Dame Henriod avant de distiller sa propre recette.  L’absinthe de Dame Henriod était déjà connue comme l’atteste une ancienne étiquette sur laquelle on pouvait lire « Extrait d’absinthe Supérieur, de l’unique recette de Melle Henriod de Couvet ».  Concernant le Docteur Ordinaire, il est arrivé à Couvet en 1767 et il ne faisait pas l’unanimité au sein la communauté. Plusieurs fois la question de son expulsion avait été mise à l’ordre du jour, car il ne respectait pas les décisions des autorités ni les engagements pris.  Si celui-ci était arrivé de France avec la recette d’absinthe distillée, pourquoi n’en trouvons-nous aucune trace en France comme en Suisse ? Pourquoi le Major Dubied, personne influente dans la commune, ou l’un de ses premiers concurrents des débuts ne lui ont jamais versé de royalties dès l’encaissement des premiers bénéfices de la production d’absinthe ?  S’il n’y a pas de trace historique et pas de royalties payées, c’est que le Docteur Ordinaire n’était pas impliqué dans les débuts de l’absinthe.

Jacques Kaeslin poursuit ses recherches, mais nous sommes déjà convaincus que la Mère Henriod apparaît comme un personnage incontournable dans la création de la Véritable Absinthe Suisse distillée.

Pourquoi  Couvet?

Et bien, vérifiez le terrain et l’emplacement de Couvet sur Google Maps.  La géographie, le climat et l’altitude montrent que la région autour de Couvet est parfaite pour cultiver beaucoup des plantes utilisées dans la distillation de l’absinthe, spécialement pour la Grande Absinthe (Artemisia absinthium).  Comme les régions de Cognac et de Champagne en France, qui ont les meilleures conditions pour cultiver les raisins utilisés dans leurs boissons réputées, la région du Val-de-Travers a les conditions idéales pour beaucoup des plantes utilisées dans l’absinthe. Et naturellement, les distilleries avaient accès aux meilleures et aux plantes les plus aromatiques.

La renommée de l’absinthe s’est étendue au dix-neuvième siècle dans toute la France et ensuite dans la plupart de l’Europe et des Etats-unis.  Sa très grande popularité est devenue trop importante pour beaucoup, surtout pour les producteurs de vin essayant de récupérer les parts de marchés qu’ils avaient perdues à cause du mildiou qui attaquait leurs vignes.  Petit à petit, la fée verte fut poussée en dehors du marché ... sauf, dans le cas unique de la Suisse, ou elle survit dans la clandestinité.  De 1910 à 2005, la tradition de l’absinthe Suisse a été maintenue et développée par les « clandestins résistants », ou les artisans du Val-de-Travers.  Certains ont supposé que l’absinthe Suisse est devenue transparente à ce moment, quand les distillateurs clandestins cherchaient à perturber les inspecteurs en faisant croire que leurs bouteilles étaient remplies de vodka, mais nous pensons que la plupart d’entres-eux savaient exactement ce qu’il se passait!


Newsletter